Tristan

    usine de production de biogaz méthane

    Dans l’imaginaire collectif, l’agriculture produit des biens alimentaires, comme des cĂ©rĂ©ales, de la viande et des lĂ©gumes. Mais, plus surprenant, l’agriculture peut Ă©galement produire un hydrocarbure : le mĂ©thane. Derrière ce fait contre-intuitif se trouve un processus naturel que les technologies modernes permettent d’utiliser afin de produire une source d’énergie renouvelable. 

    La production de mĂ©thane par l’agriculture 

    Aussi appelĂ© biogaz, le mĂ©thane issu de l’agriculture est produit par un système de dĂ©composition naturel de dĂ©chets organiques. Les matières organiques, des rĂ©sidus de rĂ©coltes et des excrĂ©ments des animaux d’Ă©levage, peuvent produire du mĂ©thane en se dĂ©composant en absence d’oxygène via l’action de bactĂ©ries. Les rĂ©sidus de cette dĂ©composition ne sont que des minĂ©raux, que l’on appelle couramment le digestat.

    Ce processus permet donc de valoriser les dĂ©chets usuels des exploitations agricoles afin de produire du biogaz. Or, vous vous en doutez, ces dĂ©chets ne manquent pas dans le secteur de l’agriculture ! Une exploitation de taille moyenne en produit plusieurs dizaines de tonnes par an. Pour les fosses Ă  lisier, le stockage des excrĂ©ments de cochon Ă©tant encadrĂ©, c’est mĂŞme un moyen de valoriser ce qui ne pouvait alors l’être que pour l’engrais des cultures. C’est donc une rĂ©elle Ă©nergie renouvelable, bien que lĂ©gèrement polluante, il est vrai, lorsque le gaz est brĂ»lĂ©. 

    unité de production de bio gaz méthane dans une ferme

    L’installation d’une unité de production de biogaz peut donc permettre un réel complément de revenu pour les agriculteurs. Cependant, pour être rentable, un méthaniseur doit être alimenté par un certain nombre de tonnes de déchets organiques par jour. Des milliards de bactéries vont ensuite décomposer les déchets avant de ne rendre que trois résidus, du méthane pur à 98 %, du CO2 et des déchets minéraux qui peuvent à leur tour être recyclés une nouvelle fois comme engrais pour les cultures.

    C’est donc un engagement écologique, qui permet de réduire l’empreinte environnementale des exploitations agricoles. C’est notamment vrai pour les éleveurs de bovins ou de porcins, qui trouvent donc dans une unité de biométhane un moyen d’être plus écologique tout en ayant une source de revenus supplémentaire. 

    Les usages du mĂ©thane d’agriculture 

    Les usages du méthane produits à partir de déchets agricoles sont très variés. Une première option est l’auto-consommation, c’est-à-dire qu’un agriculteur disposant d’un petit méthaniseur peut l’utiliser pour chauffer et éclairer sa propre installation. Recycler ses déchets organiques en méthane peut donc permettre à un agriculteur de réduire ses dépenses sur le long terme.

    Les agriculteurs peuvent également vendre le méthane ainsi produit, mais cela peut demander des investissements plus lourds à cause des besoins de stockages. Les grands méthaniseurs avec stockage et parfois même convertisseurs à l’état liquide sont donc souvent gérés en commun par plusieurs agriculteurs.

    Certaines municipalitĂ©s en milieu rural, ou certaines coopĂ©ratives, achètent donc de grandes unitĂ©s de production de mĂ©thane afin de collectiviser les sources et les revenus. En effet, certains villages utilisent le mĂ©thane issu des mĂ©thaniseurs pour faire fonctionner les bus municipaux. Via le mĂ©thane, l’agriculture pourrait donc bien ĂŞtre une solution pour sortir des Ă©nergies fossiles. De plus, lorsqu’il est liquĂ©fiĂ©, le mĂ©thane peut ĂŞtre revendu Ă  GDF, qui se charge ensuite de l’intĂ©grer dans le rĂ©seau de gaz naturel français. 

    vaches dans une ferme

    L’état achète le biogaz cinq à dix fois plus cher que le gaz naturel issu du pétrole afin de permettre à cette filière d’émerger en France. En effet, le méthane issu de l’agriculture représente de nombreux points positifs pour le pays. Cela permet tout d’abord de réduire la part de pollution du secteur agricole en France, le méthane étant une énergie renouvelable, et permet donc au gouvernement de respecter les accords de Paris sur la neutralité carbone du pays.

    Cela permet Ă©galement d’être moins dĂ©pendant de pays Ă©trangers pour la fourniture de gaz naturel. En dĂ©veloppant cette filière, la France sera donc de plus en plus autonome Ă©nergĂ©tiquement. De plus, de nombreuses aides de la part de l’État sont disponibles pour les agriculteurs, les coopĂ©ratives et les collectivitĂ©s qui souhaitent s’équiper d’un mĂ©thaniseur. Cela permet de rĂ©duire d’autant plus les coĂ»ts, et donc d’amĂ©liorer la rentabilitĂ© d’un tel investissement.

    Dans la mĂŞme lignĂ©e, les banques hĂ©sitent de moins en moins Ă  suivre financièrement de tels projets, notamment grâce aux garanties de prix de l’État. La crĂ©ation d’un projet de mĂ©thaniseur est donc de plus en plus accessible en France, plus d’informations ici.

    0 commentaire